Le mot "emportiérage" a fait son apparition dans le Petit Larousse 2020. Pour les cyclistes, ce mot est une réalité depuis plus longtemps : l'ouverture inopinée d'une portière est l'un des dangers qui guettent le cycliste sur ses déplacements. Grâce à une action à base de frites géantes, le GRACQ 1000bruxsel a rappelé aux cyclistes et automobilistes bruxellois ce danger bien réel.

"Emportiérage" est un mot d'origine québécoise qui désigne l'action de percuter un cycliste en ouvrant sans précaution une portière. Un danger parfois encore méconnu des usagers de la bicyclette : les accidents avec une ouverture de portière font pourtant partie des accidents les plus fréquents en région bruxelloise (15 % des accidents hors carrefour)1 avec des conséquences potentiellement graves.

Pour attirer efficacement l'attention sur ce danger, les cyclistes bruxellois ont décidé de recourir à... des frites géantes ! Quatre vélos équipés de frites en mousse d'un mètre de long ont ainsi circulé dans la rue Dansaert, au centre de Bruxelles, afin d'illustrer la distance de sécurité entre le cycliste et les voitures stationnées : le bon réflexe pour éviter d'être percuté en cas d'ouverture brusque de portière. 

sensibilisation à l'emportiérage

Sensibilisation à l'emportiérage


Avec cette action, le groupe 1000Bruxsel a voulu s'adresser : 

  • aux cyclistes, afin de les inviter à prendre correctement leur place sur la route ;
  • aux automobilistes, afin de leur faire comprendre la place que le cycliste doit occuper sur la chaussée, et à les inviter à être attentifs lorsqu'ils ouvrent leur portière, en respect du code de la route2.

Ces frites géantes circuleront prochainement dans d'autres communes bruxelloises.

Pierre HENRIET

1. "Accidents de cyclistes en Région de Bruxelles-Capitale . Analyse détaillée d'accidents corporels de cyclistes survenus en RBC de 2010 à 2013" - VIAS, 2017.
2. L'article 28 du code de la route stipule qu’ "il est interdit d'ouvrir la portière d'un véhicule, de la laisser ouverte, de descendre d'un véhicule ou d'y monter, sans s'être assuré qu'il ne peut en résulter ni danger ni gêne pour d'autres usagers de la route en particulier les piétons et les conducteurs de véhicules à deux roues." 

En savoir plus...

14094 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ