Qualité de vie, sécurité routière, une région au service de ses habitants : la nouvelle équipe gouvernementale exprime des ambitions claires au travers de sa déclaration de politique générale. Les associations d'usagers cyclistes — GRACQ et Fietsersbond — saluent ce signal positif, qu'il s'agit à présent de concrétiser sur le terrain. 

Déclaration politique générale BXL 2019-2024

C'est avec grand intérêt que le GRACQ et le Fietsersbond ont pris connaissance de la déclaration de politique générale qui guidera les actions du gouvernement pour la législature à venir. Généralisation du 30 km/h (hors grands axes), réduction de la pression automobile (via la fiscalité et la politique de stationnement notamment), réseau d'infrastructures cyclables, parking vélo sécurisé, traitement prioritaire des "points noirs" pour la sécurité routière… Ces priorités, que nos deux associations ont appuyées auprès des négociateurs, transparaissent aujourd'hui dans l'accord de majorité. Nous nous réjouissons de l'écoute que le nouveau gouvernement a porté aux attentes – légitimes – des cyclistes bruxellois.

Ces intentions du gouvernement bruxellois sont soulignées par la réunion, au sein d'un même portefeuille ministériel, des compétences Mobilité, Travaux Publics et Sécurité Routière. Cela correspond également à un souhait exprimé par l'associatif. 

Collaboration Région/communes 

Le document contient des mesures visant la coopération Région/Communes. À Bruxelles, plus encore que dans les autres régions, c'est une condition préalable à la mise en œuvre des politiques de mobilité. Se retrouvent au menu : la subvention de travaux publics, le soutien à une politique de tolérance zéro en matière de sécurité routière, ou encore l'investissement dans le développement des brigades cyclistes.

Un comité de pilotage associant les Régions, le fédéral, les provinces et les communes sera en outre mis sur pied afin d'accélérer la réalisation du RER-vélo. 

Le budget, un point d'interrogation

Cet accord de majorité bruxellois opte résolument pour le principe STOP1 : on ne peut qu'espérer que cette place accordée à la mobilité active inspire les projets gouvernementaux en Flandre et en Wallonie. Le GRACQ et le Fietsersbond se réjouissent du signal positif envoyé par le gouvernement bruxellois : il est à présent nécessaire que cette volonté marquée dans les textes se traduise concrètement sur le terrain.

À cet égard, le principal point d'interrogation reste la question du budget. Car il sera nécessairement conséquent : à la fois pour financer les grands projets d'infrastructure (métro Nord, lignes de tram, infrastructures cyclables…), mais également pour déployer l'ensemble des mesures sur le terrain. Le GRACQ et le Fietsersbond se montreront donc attentifs à ce point dans les mois et années à venir.

Florine Cuignet

1. Le principe “STOP” opère une hiérarchisation dans la prise en compte des différents modes de déplacement. La priorité est accordée aux piétons (Stappen), puis aux cyclistes (Trappen), ensuite aux transports publics (Openbaar vervoer) et enfin, aux véhicules privés (Privévervoer). 

en savoir plus

13973 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ