En novembre dernier, Bruxelles a été le théâtre, à quelques jours d'intervalle, de deux collisions entre un cycliste et un camion. Cela relance le débat sur le danger que représentent les poids lourds en milieu urbain. Si ce type d'accidents reste peu fréquent en région bruxelloise, leurs conséquences sont généralement graves : il est important de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour prévenir leur survenue. 

Zone avancée pour cyclistes à Bruxelles

Lorsqu'un camion renverse un cycliste, c'est bien souvent l'angle mort qui est mis en cause. Or celui-ci n'est pas une fatalité : les constructeurs sont déjà capables, à l'heure actuelle, de produire des camions sans angle mort. Assurer une meilleure vision directe, et donc une meilleure sécurité des piétons et des cyclistes, nécessite une série d'adaptations au niveau de la cabine (augmentation de la surface vitrée, position du chauffeur…). L'union européenne a décidé de légiférer dans ce sens1, mais la réglementation en matière de vision directe ne sera pas effective pour les nouveaux véhicules avant… 2028 ! Petite consolation : les poids lourds devront être équipés dès 2024 de systèmes de détection des piétons et cyclistes situés à proximité immédiate de l'avant ou du côté droit du véhicule. 

Mieux former les usagers

Une meilleure conception des camions est essentielle, mais encore insuffisante : dans la majorité des accidents impliquant un poids lourd, l'erreur humaine est en cause2. La formation reste donc un point fondamental : à la fois pour les professionnels de la route, qui doivent tenir compte des cyclistes, toujours plus nombreux sur les routes, mais aussi pour les usagers actifs, qui doivent être conscients des dangers liés aux angles morts.

Limiter et canaliser les flux de poids lourds

D'autres pistes doivent aussi être étudiées concernant le transport de marchandises en région bruxelloise. Une rationalisation de la chaîne logistique, couplée à une valorisation des alternatives (la voie d'eau et le rail pour les plus longues distances, mais aussi le vélo-cargo en ce qui concerne les livraisons "du dernier kilomètre"), devrait permettre de limiter le nombre de camions circulant en pleine ville.

D'autre part, il est important de canaliser au maximum les camions sur des itinéraires adaptés à ce type de véhicules. Ce sont également des itinéraires où les cyclistes doivent bénéficier d'infrastructures cyclables séparées du trafic et correctement sécurisées, avec une attention particulière aux intersections : la solution du carrefour sans conflit, organisé de manière à ce que les usagers plus vulnérables ne croisent pas la trajectoire des véhicules motorisés, doit être privilégiée. 

Florine Cuignet

1. Législation européenne concernant l'équipement des véhicules motorisés
2. Selon l'étude "European Truck Causation Accident", le facteur humain joue dans 85% des accidents impliquant un poids lourd (IRU, 2007).

En savoir plus...

14487 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ